Histoire

4th Infantry Division

La 4th Division a été mise sur pied au Camp Greene, sous les ordres du Major-général George H. Cameron, en 1917. Elle débarque en France le 5 juin 1918, mais elle avait déjà subit ses premières pertes, le 23 mai 1918, lorsque le bateau la transportant, le Maldovia, avait été torpillé par un sous-marin allemand (56 morts). Ensuite elle allait participer aux offensives de l’Aisne-Marne, de Saint-Mihiel et de la Meuse-Argonne. Après l’armistice du 11 novembre 1918, elle reste six mois en occupation en Allemagne puis repart vers les Etats-Unis ou elle sera démobilisée. Elle est dissoute le 21 septembre 1921.

La 4th division est réactivée le 1er juin 1940 à Fort Benning, en Géorgie. Le 15 novembre 1941, elle est transférée au Camp Gordon, toujours en Géorgie, où elle passe sous le contrôle de la 2nd Army.  C’est le Major-général Barton, qui en prend le commandement en juillet 1942. Elle est déménagée à Fort Dix, dans le New-Jersey, en avril 1943 où elle continue à s’entrainer jusqu’au mois de septembre 1943, date à laquelle, elle rejoint le Camp Johnston en Floride où elle participe à des exercices amphibies. Sa préparation est minutieuse. Au mois de décembre 1943, elle est affectée au Fort Jackson, en Caroline du Sud. Enfin en janvier 1944, elle rejoint le Royaume unis où elle est intégrée au dispositif prévue pour l’opération « Overlord ». Là, elle poursuit son entrainement dans le Devon et participe à de nouveaux exercices de débarquement à Slapton Sand. Elle manque d’expérience au combat mais, d’après le général Bradley, « c’est une division superbement entrainée ». C’est au cours d’un des exercices d’entrainement, le 27 avril 1944, lors de l’opération « Tiger », qu’un convoi de LST, transportant une partie de la division, est attaqué par des vedettes lance torpille allemande (E-Boat). Elle connait ces premières pertes.

Le 6 juin 1944, la IVY (surnom de la division) débarque sur Utah Beach, en France, dans le Cotentin, à 6h30 du matin, avec pour objectif initiale, la sécurisation de la tête de pont et aussi la prise de contacte avec les deux divisions aéroportées largués pendant le nuit (82nd et 101st Airborne). Puis elle commence une longue et lente progression en remontant vers le port de Cherbourg, qui sera libéré le 25 juin 1944. Le 25 juillet 1944, c’est le déclenchement de l’opération « Cobra » où la 4th division est partie prenante dés le début de l’offensive, qui doit briser la ligne de défense allemande et permette enfin aux troupes alliés de sortir de la Normandie et de prendre à revers l’ennemi. Le 7 aout 1944, c’est la contre attaque de Mortain (opération Lüttich, Liège en Allemand). La 4th division passe sur la défensif tout au long de l’offensive allemande. Enfin, c’est la première division américaine, qui doit épauler la 2ème Division Blindée du général Leclerc, à entrer dans Paris le 25 aout 1944. Puis c’est la chevauché alliée de septembre 1944, qui voit la 4th Division atteindre la frontière allemande, après être passé par la Belgique, au niveau de Houffalize, pour atteindre la frontière allemande, Le 11 septembre 1944, une patrouille de nuit du 22nd Infantry devint la première unité terrestre alliée à pénétrer en Allemagne. Des combats sur la ligne Siegfried s’ensuivirent.

Le 6 novembre 1944, la IVY est engagée dans la terrible bataille de la forêt de Hurtgen, où elle va y subir de lourde perte en hommes et en matériel. Elle est retirée du front début décembre 1944. La division totalise 5000 pertes dont  2500 mises-en hors de combat. Afin de pouvoir être réorganisé et  reconstitué en troupe et en matériel, la IVY  est envoyée dans un secteur calme du front… les Ardennes. Le 16 décembre 1944, c’est la contre offensive des Ardennes qui commence. C’est l’opération « Wacht am Rhein » (Garde sur le Rhin). L’armée allemande lance dans cette bataille, ces dernières forces, afin de forcer les Alliées à négocier une paix séparée. La 4th Division y tiendra tout son rôle, en empêchant l’ennemi de progresser. Le 27 décembre 1944, le général Raymond O. Barton qui le commandement de la division pour raison de santé. Il est remplacé par le général Harold W. Blakeley. Là elle réussi à tenir tête aux allemands aux environs de Dickweiler et Osweiler au Luxembourg, puis au début de janvier 1945, de contre-attaquer à travers la Sauer où elle déborde les positions ennemis aux alentours de Fouhren et de Viander. En février 1945, elle est arrêtée devant la rivière de Prüm par une résistance acharnée des allemands, mais la 4th Division réussi à franchir celle-ci, le 28 février 1945, près de la ville d’Olzheim, avant d’atteindre, le 7 mars 1945 la rivière Kyll. Là elle sera mise au repos, avant de repartir au combat, vers le Rhin, le 29 mars 1945 à Worms. Le 7 avril 1945, elle capture la ville de Wurzburg, avant d’établir une tête de pont sur le Main à Ochenfurt. Enfin c’est la ruée vers la Bavière où elle atteint le rivière Isar près de Musbach. Le 2 mai 1945, elle reçoit l’ordre d’arrêter sa progression et de se mettre en attente de nouveaux objectifs. Puis enfin elle passe en « devoir d’occupation ». Le 8 mai 1945, c’est la capitulation et en juillet 1945, la IVY retourne au pays où elle est stationnée à Camp Butner en caroline du Nord, en vue d’un redéploiement dans le Pacifique. La 4th Division sera désactivée le 5 mars 1946.

La 4th Division passera 299 jours au combat. Le bilan des pertes s’établit comme suite,  4488 tués, 16985 blessés, 860 disparus, 121 capturés soit un total de 22454 pertes au combat. A cela, il faut ajouter 13091 pertes diverses (non imputable au combat), ce qui nous donne un total de 35545 pertes. En contre partie, la IVY fera 75377 prisonniers de guerre allemande.

Caractéristiques :

Division : 4th Infantry Division

Surnom : « Ivy Division », « Famous Fourth »

Devise : Steadfast and Loyal

L’emblème de la division représente quatre feuilles de lierres qui symbolisent le numéro de celle-ci. Le lierre, en anglais « IVY » rappelle le IV romain, d’où son nom.

 

Emlème division

 

Commandants :

Major-général Raymond O. Barton (juillet 1942 à décembre 1944) [1]

Major-général Harold W. Blakeley (décembre 1944 à octobre 1945)

Unités :

 – 8th Infantry  :

Col. James Van-Flet

Col.  James S. Rodwell

Col. Richard G. McKee

– 12th Infantry :

Col. Russel P. Reeder

Col. James S. Luckett

Col. Robert H. Chance

– 22nd Infantry :

Col. Hervey A. Tribolet

Col. Robert T. Foster

Col. Charles T. Lanham

Lt. Col. John F. Ruggles

Col. John F. Ruggles

Décorations

(Récompenses individuelles)

Medal of Honor : 5

ROOSEVELT, THEODORE JR. B/GEN HQ/4/DIV 6/6/44 (à titre posthume)

RAY, BERNARD J. 1LT F/8 INF 17/11/44 (à titre posthume)

MABRY, GEORGE L., JR. LTC 2-8 INF 20/11/44

GARCIA, MARCARIO S/SGT B/22 INF 27/11/44

CANO, PEDRO  PVT C/8 INF 02/12/1944 (à titre posthume)

Distinguished Service Cross : 54

Legion of Merit : 8

Silver Star : 814

Soldiers Medal : 19

Bronze Star : 5096

Air Medal : 63

[1] A noter que l’écrivain américain Hernest Hemingway, 
à suivie tout au long de la campagne d’Europe, la 4th Division.